Sortie club

Trail l’Ardéchois 2012

Samedi 29 avril après-midi, retrait des dossards pour les courses du week-end, 20km, 34 km

et 57  pour  Noël, Arnaud et René.

Une météo de rêve pour les coureuses de l’après-midi, tout aussi agréable pour les suiveurs qui

ont bien fait d’en profiter !

A 15h, Edith et Estelle prennent le départ du 20km sous le soleil, le terrain sera dur, sec et

poussiéreux. Parties en queue de peloton, elles auront déjà rattrapé bien du monde lorsque

nous les verrons à Sialles à 10km de course. Nous reprenons la voiture pour aller les attendre,

un peu avant l’arrivée.

Il fait toujours beau malgré d’inquiétantes rafales de vent qui ne laissent rien présager de bon

pour le lendemain.

Pose photo à Desaignes, au centre du village devant le bœuf entier qui rôtira toute la nuit sur la

broche, et terminera dans les assiettes  des coureurs,  le lendemain.

A 19h tapantes, Brigitte rassemble les troupes, il est hors de question que nous fassions la

queue pour accéder à la pasta partie de la soirée. Bonne idée, on est presque les premiers !

Musique, bière et ambiance de fête, mais on ne s’attardera pas trop, ceux qui courent le

lendemain doivent préparer leur matos.

Ce qui était annoncé arrive dans la nuit : tempête, vent, trombes d’eau !

Dimanche 6h30 : debout tout le monde ! Festival de gâteaux sport au petit déjeuner !

Avant le départ, il pleut à verse ! Brigitte (pas moi, l’autre, la chef !) sort son chapeau de pluie !

Au briefing place de la Mairie, comme toujours, on n’entend rien, mais devant, ceux qui

entendent transmettent et quelques infos arrivent jusqu’à nous, à savoir :

– les organisateurs ont été à deux doigts de tout annuler suite à l’avis de tempête

– le parcours sera rallongé de 2km au moins…

– interdiction absolue de courir au passage sous les ruines de Rochebonne…

Le départ est donné à 8h sous la pluie, 8km de montée suivis d’une première belle descente

dans la boue et nous arrivons à Sialles. Tiens, les suiveurs qui nous attendent sont beaucoup

plus habillés que nous hier ! Et ils n’ont pas l’air d’avoir chaud !

On repart en côte, puis on retrouve  la boue qu’on ne cherche même plus à éviter !

Un torrent à traverser, de l’eau jusqu’aux genoux, sauf pour Sylvie que 2 costauds prendront

sous les bras pour la jeter de l’autre côté !

Puis voilà la descente sur les ruines de Rochebonne ! C’est là qu’il ne faut pas courir ??? Vu le

monde, il aurait été difficile de le faire !!! Sauf pour Noël, pas gêné par la foule dans le groupe

de tête de course. Il finira 28ème ! Bravo Noël !

Bouchon dans les ruines, bouchon en contrebas, bouchon dans toute la descente, jusqu’au

franchissement de la cascade. Passage sécurisé  que l’on devra franchir 1 par 1 en s’agrippant

à une corde. Il faudra attendre son tour !

René et Sylvie attendront  ¾ d’h, Brigitte et Catherine 1h et pour moi, l’heure sera largement

dépassée, ça, c’est pour m’apprendre à traîner derrière !!!

Attente dans des conditions rudes, pluie, vent, grêle, froid  (rappelez-moi, l’Ardèche, c’est un

peu dans le sud, au niveau de Valence ?) Alors on papote, pour passer le temps, en sautant sur

place, puis, pour couronner le tout, de l’eau glacée au- dessus des genoux pour traverser la

cascade tant attendue !

Heureusement le parcours technique et pentu qui suit nous réchauffera, et comme nos

chaussures ont été lavées dans la cascade, on retrouve la gadoue !

La boue, c’est que du bonheur ! Au début. Quand elle entre dans la chaussure. Pas un peu de

boue, non, il faut enfoncer au moins jusqu’aux chevilles ! Et là c’est vraiment agréable ! Frais,

moelleux et confortable sous la plante des pieds, doux entre les orteils… Mais ça ne dure pas !

ça se gâte même très rapidement après quelques km, lorsque la partie liquide de la boue est

ressortie et qu’il ne reste dans la chaussure que le sable, les aiguilles de pin et les petits

cailloux !

Au ravito du km22 nous retrouvons nos suiveurs de plus en plus frigorifiés mais fidèles au

poste.

Attention, Thierry et Alain ! On n’en profite pas pour jouer avec les danseuses brésiliennes !

Oui, oui ! Parfaitement, on a des photos !!! Brigitte, ne tourne pas la tête devant l’objectif ! Fais

comme Jean, prend la pose ! Noël, ne vide pas tous les gobelets du ravito, tu vas bientôt boire

une tasse !!!

Et Patrick, tout sourire au 22ème km ! On ne dirait pas qu’il a fait les 3 premiers km avec les

fermeurs de course ! D’ailleurs, c’était pas des fermeurs, mais des fermeuses…

hum…bizarre !…

Mais on ne tarde pas, on repart joyeusement !

Flaques boueuses encore, pluie, coups de tonnerre, pins cassés en travers du sentier,

descentes toboggan, et ainsi de suite jusqu’à la fin du parcours. Avec en prime pour Noël sur le

54 km, une traversée de rivière avec de l’eau jusqu’aux épaules ! Erreur de parcours !Et ça

c’est pour lui apprendre à aller si vite !!!

Et tout cela pour une assiette souvenir, garnie d’un morceau de bœuf à déguster sous

chapiteau à l’arrivée, chacun y allant de sa petite anecdote de course.

Retour au gîte en fin de journée, décrassage général (au sens propre du terme !), feu dans

l’immense cheminée, bière à volonté ! Et pour se remettre en forme, pâtes, sauce tomate,

saucisses. Rations pantagruéliques, un vrai régal ! Merci Brigitte et Alain pour la cuisine !

Extinction des feux à une heure tout à fait raisonnable.

Lundi matin, petit footing de décrassage (sportif cette fois-ci) sur l’ancienne voie de chemin de

fer, seul endroit plat dans le secteur. Itinéraire recommandé par mamie Paulette, régisseuse en

baskets de notre gîte.

A midi, nouvelle tournée générale de pâtes, toujours aussi bonnes.

Alignées devant la cheminée, nos chaussures se reposent enfin et se demandent si elles

sècheront un jour.

Lavées seulement au retour, les miennes m’ont restitué une belle quantité de terre ardéchoise

que j’ai déversée dans mon jardin, souvenir d’un week-end vivifiant, convivial, sportif, ludique,

humide, gastronomique, un week-end pour trailers joueurs (ça c’est obligé !) ou un peu fêlés (ça

c’est les autres qui le disent !).

Brigitte Grée

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *